« Et si on parlait un peu de l’Influenza aviaire ? » telle était la thématique de la dernière « Matinale » de la Technopole.
Organisée par ZOOPOLE développement, en partenariat avec le Syndicat Mixte de la Technopole et la Chambre de Métiers, elle s’est tenue le 7 juillet dernier dans les locaux de l'Hôtel d'entreprise KERAIA.
La vingtaine de participants présents à cette Matinale ont pu découvrir la complémentarité des acteurs du ZOOPOLE, cœur historique de la Technopole Saint Brieuc Armor, qui prend tout son sens dans un contexte de crise sanitaire telle que celle de l’Influenza aviaire.
Autour de Yann Villaggi, chef du Service de Surveillance Sanitaire et Protection Animales de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), de Gilles Salvat, directeur de l’ANSES Ploufragan-Plouzané, de Béatrice Blanchard de la société Adiagène spécialiste des outils de diagnostics rapides en santé animale et de Jean-Michel Chappron, Directeur de la DDPP, un magistral exercice de vulgarisation sur le thème de l’Influenza aviaire a permis à tout un chacun de comprendre les modes de dissémination des virus, les risques associés et les moyens de lutte mis en œuvre pour lutter contre le fléau.
Cette matinale illustre l’importance des synergies existant entre les acteurs de la Technopole dans un contexte de crise sanitaire : des équipes de recherche de l’ANSES qui vont caractériser les virus de l’Influenza aviaire à celles du laboratoire d’analyses (Labocea) qui peuvent réaliser des campagnes d’analyses à grande échelle en utilisant notamment des kits de diagnostic rapide conçus par une société comme Adiagène , en passant par les services de contrôle de l’Etat (DDPP) tout est mis en œuvre pour maitriser au plus vite la propagation des virus. La France dispose ainsi d’un système ultra performant au service de la santé publique dont le cœur se situe sur la Technopole Saint Brieuc Armor.

Le Syndicat Mixte de la Technopole Saint-Brieuc Armor a succédé, en juillet 2013, au Syndicat Mixte du Zoopôle, créé en 1990 à l’initiative du Département des Côtes d’Armor et de 13 communes de la région briochine.
 
Cette dénomination nouvelle rend compte de la diversification des activités appelées à se déployer sur un périmètre physiquement et thématiquement élargi :
la technopole regroupe désormais, dans un même espace géographique de 80 hectares, le Zoopôle, le Véhipôle, Batipôle et le Campus de l’Artisanat et des Métiers.

Atout
& chiffres

Un accès direct à la rocade d’agglomération
Une gare TGV à 10 minutes
Un environnement exceptionnel ... et la mer tout près !

50
entreprises
1200
emplois
80
hectares
Partenaires